Image default
Express Info

VIDÉO. Troyes, filmée par un drone en immersion, comme personne ne l’a jamais vue



La Ville de Troyes a frappé très fort. En publiant jeudi 6 mai une vidéo immersive, filmée par un drone, la cité tricasse s’offre un joli coup de promotion. Méritée, tant l’architecture de la ville vaut le détour. 

Pour ceux qui connaissent Troyes dans l’Aube, c’est un régal et une fierté. Pour les autres, amateurs de joli patrimoine historique et pas seulement de magasins d’usine ou d’andouillette 5A, ce sera une découverte totale, destinée à en mettre plein la vue. Une vidéo de trois minutes, filmée par un drone, en immersion dans des rues totalement vides à cause du confinement, a été dévoilée ce jeudi 6 mai sur les réseaux sociaux de la ville préfecture de l’Aube. Dans sa présentation, cette vidéo est décrite comme une expérience de découverte inédite. « Vivez Troyes comme vous ne l’avez jamais vue. À bord d’un drone racer (FPV), volez à travers les toits, ruelles, parcs, jardins, églises et leurs arches, dans le Bouchon de Champagne et au-delà« . 

Un vrai bonheur pour les Troyens qui reconnaîtront leur ville, et les amateurs de beaux paysages, en quête d’une destination week-end, à quelques jours des ponts du mois de mai, enfin déconfinés. « Cette vidéo a été réalisée pendant le confinement au moment du couvre-feu avec un dispositif de sécurité et le concours de la Police Municipale de Troyes permettant le blocage des routes et l’exclusion des tiers ». La séquence est disponible en haute résolution, en 4K. Ce qui rend l’expérience encore plus belle. 

Le drone qui a été utilisé par l’équipe de production est un modèle FPV, First Person View, que l’on peut traduire par « vue subjective » ou « vol en immersion ». Une manière de filmer et de voler, réalisée à l’aide d’un casque, installé sur les yeux du pilote. Il lui permet de naviguer comme s’il était à bord du drone. « Le bruit des moteurs et le pilotage au ras du sol rend cette catégorie comparable à une course de Formule 1. Les « drones racing » sont équipés de châssis résistants aux chocs et sont capables de réaliser des acrobaties impressionnantes sans que le drone n’en pâtisse. Ils sont aussi d’une stabilité à toute épreuve« , précise un site spécialisé.

Le divin chauve 

D’où ces images incroyables, où l’on survole les bâtiments emblématiques de Troyes. On frôle les parois des 10 églises, on glisse au sommet de la cathédrale Saint Pierre Saint Paul, et on s’arrête un instant devant une violoniste. On survole le toit du théâtre de Champagne et celui de la Madeleine, un crochet par la basilique Saint Urbain et ses vitraux. Sans oublier les arcs-boutants de l’église Saint Jean. On découvre la verdure du parc des Moulins et les jardins de la « vallée suisse ». Sur la page Facebook de la ville, les commentaires sont élogieux. « Magnifique !! J’aime J’aime J’aime ! J’en demande encore ! Sublime voyage à travers Troyes ! L’impression de voler ! Bravo bravo bravo les collègues de la Comm  mon fils de 9 ans a applaudi ! », écrit Chite Mary sur Facebook. Si certains internautes déplorent la vitesse du drone qui ne leur laisse pas le temps d’admirer les monuments, globalement, le coup est gagnant. 

« Trop kiffant ! Avec le Divin Chauve de l’ESTAC« , commente Olivier, reconnaissant au stade de l’Aube, l’une des personnalités emblématiques du club de football local, Benjamin Nivet, ex capitaine de l’Estac. Le drone emmène le visiteur au-dessus de la peslouse et dans les tribunes, mais aussi devant la mairie, ou encore dans les rues médiévales de la cité tricasse, truffées de maisons à pan de bois. On découvre les réalisations en cours comme la cité du vitrail, on survole le canal au ras de l’eau, le bassin de la préfecture, frôlant la péniche et son restaurant.

A l’heure ou les villes de taille moyenne, (Troyes compte un peu plus de 60.00 habitants) tentent d’attirer à eux les Parisiens trop longtemps confinés suite à la pandémie, en quête d’espace et de verdure, nul doute que cette vidéo va donner des idées à ceux qui hésitent encore à franchir le pas d’un déménagement définitif, ou simplement d’y séjourner quelques jours. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source

Related posts

forêt, littérature, art, des idées d’activités sans masque à faire cet été

adrien

un hôtelier s’attaque aux géants de la réservation en ligne avec sa plateforme « Booking Better »

adrien

Coronavirus : dans l’Aube, les professionnels du tourisme très impactés

adrien