Image default
Express Info

Tourisme : à Reims réouverture timide des maisons de Champagne

Notez cet article


“La vie doit reprendre même si la normalité, l’insouciance, qu’on avait avant ne va pas revenir tout de suite.”

C’est en ces mots positifs que s’exprime Bénédicte Lemkecher, la responsable des visites de la maison Pommery qui ajoute : “c’est un vrai soulagement de rouvrir les grilles qui avaient été fermées durant le confinement. Une chose qui n’était jamais arrivée depuis la première guerre mondiale.”
Pour mémoire la maison Pommery a été crée en 1878.

Ce lieu qui draine en temps normal des visiteurs français mais aussi beacoup de touristes étrangers, sur réservations essentiellement, a brutalement fermé ses portes dès le début du confinement.
 

Ca a été un crève-cœur de fermer-Bénédicte Lemkecher, responsable visites et réceptions

Pour pouvoir assurer une réouverture sous les meilleurs auspices, en protégeant à la fois le personnel et les visiteurs, de nombreux aménagements ont été opérés.
 

Les visiteurs ne se bousculent pas 10 jours après la réouverture / © Céline Lang/France Télévisions
Les visiteurs ne se bousculent pas 10 jours après la réouverture / © Céline Lang/France Télévisions

Bénédicte Lemkecher confie : “On a beaucoup travaillé sur le protocole sanitaire mais on voulait à tout prix envoyer un signal positif, ouvrir les portes et aussi envoyer un message d’espoir.”

Le mot d’ordre est simple : revenez-nous voir répète-t-on ici : “Les gens doivent pouvoir revenir, visiter une cave, voir la nouvelle exposition et déguster un peu de champagne.  Cette légèreté qui nous a tant manqué pendant le confinement, on espère quand même la retrouver un petit peu.”

De fait les visites se font de manière libres pour le moment. Un système lancé il y a un an en complément des visites guidées : “dans le contexte ça évite les visites en mode confiné. On remettra en place un guide car rien ne remplace ce lui qui apporte le message avec sa passion.”

Visite et dégustation VIP

Les allées de la maison de Champagne et la cave ont pourtant une allure qui déstabilise un peu car c’est le grand vide. Nous avons comptabilisé cinq visiteurs. Pour ces privilégiés en ce jour de l’Ascencion ce peut être aussi un bon moyen d’apprécier ce silence. Avec au terme de la visite une dégustation presque VIP. Là aussi, les mesures sanitaires ont été prises. “Les coupes de Champagne sont lavées à plus de 60 dégrés et ensuite recouvertes de linges propres” explique Nathalie Vrankren, directrice marketing et responsable du mécénat de la Maison Vranken-Pommery, “après la dégustation, nous demandons à nos visiteurs de déposer les coupes dans des paniers qui vont directement au lave vaisselle“. 

 

A moins de 100 KM

Meryl et Tristan arrivent de Meaux en Seine-et-Marne, à moins de 100 kilomètres de là, pas mécontents de leur sortie : “c’est la première depuis la fin du confinement, on a regardé pour faire un tuc sympa aux alentours de Meaux et vu qu’on aime bien le vin tous les deux on s’est dit que ça pourrait être sympa de visiter une maison assez traditionnelle et exceptionnelle comme celle-ci” explique avec gourmandise Tristan.

Mery, elle confie, presque soulagée, : “après deux mois enfermés ça fait du bien de ressortir. C’est limite un privilège” précise-t-elle en regardant tout autour d’elle des lieux presque déserts.

Le couple se dit rassuré aussi par l’accueil en cette période de pandémie : “tous les moyens sont mis en œuvre, tout a été fait pour qu’on soit en sécurité, les masques, le gel hydroalcoolique.”

La direction précise que les visites libres vont se poursuivre dans le contexte en ajoutant que rien ne remplace le guide qui sait faire partager sa passion.

Pour tout renseignement : Domaine Pommery à Reims au 03.26.61.62.56
Visites agrémentées d’une nouvelle exposition d’art contemporain, intitulée Expérience #15 “Introspection”.



Source

Related posts

Meuse : réouverture partielle du lac de Madine et du lac vert

adrien

Déconfinement – Charleville-Mézières : trois idées pour s’aérer dans un rayon de 100 km

adrien

Coronavirus : des conséquences très inquiétantes pour le secteur du tourisme dans le Grand Est

adrien