Image default
Express Info

Strasbourg : quatre comptes Instagram pour découvrir la ville autrement

Notez cet article



À travers ses portes, ses bâtiments ou ses restaurants, quatre Instagrameurs nous font découvrir toutes les facettes de Strasbourg à travers des posts originaux.
 

Strasbourg et ses reflets 

Dans une flaque d’eau ou sur l’Ill, Estelchill capte les reflets des bâtiments de la ville. Depuis septembre 2019, elle offre une nouvelle perspective aux Strasbourgeois, mais pas seulement.

J’ai toujours aimé le reflet, je suis tombée sur des comptes qui m’ont plu et je me suis lancée. Cela donne de la vie, un autre cadrage et de la profondeur à la photo. Il n’y a pas que des flaques d’eau, il y a de l’eau en général“, explique la Strasbourgeoise de 41 ans. Ce qu’elle aime par dessous tout, c’est donner vie à la photo, créer cette “dynamique” permise par le reflet. La page est destinée aux Strasbourgeois pour qui “c’est bien de voir des endroits de cette manière-là. Je n’ai pas fait ça en réfléchissant à un but précis, je ne suis pas professionnel.

 

 

En plus des habitants, son compte intéresse également les touristes qui lui demandent “où trouver tel ou tel endroit, me disent qu’ils ont envie de découvrir la ville et d’autres me remercient.” Véritable thérapie, la photographie l’invite à arpenter la ville et à “marcher beaucoup. Je repère aussi des endroits, je peux retourner à un endroit plusieurs fois si la photo ne me plaît pas“, poursuit Estelchill. Quant à son spot préféré, Estelchill apprécie beaucoup “les quais mais j’aime pleins d’autres endroits ! les rues, les ruelles et aussi l’église Saint-Paul à Gallia.” Et même si l’envie de découvrir d’autres villes de la région ne manque pas, elle continue de parcourir Strasbourg pour le plaisir des yeux.

 

Les portes de Strasbourg

A l’instar des portes qu’il photographie, le propriétaire du compte Les portes de Strasbourg garde le secret de l’anonymat. Il nous conduit ainsi dans les rues de Strasbourg à la rencontre de ces “éléments du quotidien” trop souvent oubliés.

Étant souvent en déplacement à travers la ville de Strasbourg, je m’amuse à prendre en photo les portes de chez vous/nous. Je flâne et explore les rues, impasses pour m’y perdre et découvrir des trésors architecturaux“, raconte Les portes de Strasbourg. Amoureux de Strasbourg et de son architecture, l’instagrameur “apporte un regard pointu sur notre histoire locale. J’essaie de donner l’envie au plus grand nombre de venir visiter, d’explorer et de voir la poésie qui s’en dégage.” Tel un jeu de piste en plein coeur de la ville, l’idée est de faire participer “les habitants ou curieux” à reconnaître les portes qu’ils ont vu sur sa page. : “J’aimerais que certains de mes abonné(e)s redécouvrent leurs portes à travers mon regard.”

 

 

Et il va même plus loin que la photographie avec des citations, des réflexions ou des anecdotes sous chaque post. “Je tente de capturer la beauté et les émotions qu’elles m’évoquent, détails, couleurs, matières, géométries…”, poursuit l’anonyme. Sous son oeil aguisé, la porte devient un symbole, elle “dégage une énergie, une poésie qui reflètent une idée architecturale parfois cohérente avec l’ensemble du bâtiment parfois singulière“. Et Les portes de Strasbourg ne sont pas à court d’idées et se lancent même des défis, comme l’exploration de “portes difficiles, voire impossibles d’accès au public”, comme celles “des locaux de France 3 Alsace“, ajoute-t-il avec humour.

Escapade culinaire 

Avec plus d’une cinquantaine de restaurants au compteur, Zalina, 24 ans et étudiante en école de commerce, partage ses coups de coeur culinaires sur sa page Instagram Strassfood. 
 

Quand je veux visiter une ville, je regarde aussi les pages food, ça me donne encore plus envie de visiter et donc je pense que ça peut être la même chose pour les touristes à Strasbourg“, déclare Zalina. L’idée d’un compte dédié aux restaurants strasbourgeois part d’un constat, la difficulté de trouver des restaurants asiastiques : “Généralement on les découvre en se baladant et pas en regardant sur Internet, certains restaurants n’avaient pas de visibilité.” Et les plats appétissants de sa page n’attirent pas que les Strasbourgeois : “Je vois que mes abonnés ne viennent pas forcément d’ici, il y a beaucoup de touristes, j’ai des recommandations et des commentaires de leur part.

 

 

Avec 1.400 followers, le compte Instagram donne également de la visibilité aux restaurants parfois “peu connus. Cela leur a permis d’avoir une nouvelle clientèle.” Pour le meilleur restaurant de Strasbourg, ça sera le East canteen, place des Orphelins, “parce que je suis attirée par la cuisine asiatique et la décoration. C’est aussi un bon endroit pour initier mes amis à cette cuisine, ils proposent des plats variés.”

 

Le tag strasbourgeois

Le compte Handstyle Strasbourg nous fait découvrir Strasbourg autrement avec sa sélection de tags. Sur des compteurs électriques ou sur des bâtiments abandonnés, il faut scruter la ville pour les photographier. 

J’ai toujours l’oeil ouvert sur les tous petits tags, et sur les anciens aussi. C’est subjectif, le but ce n’est pas de tous les poster mais de poster ceux que je trouve intéressant visuellement“, explique le taggueur anonyme âgé d’une trentaine d’années. Créé en 2018, son compte Instagram est dédié aux “passionnés de graffitis et de tags.” Avec ses 866 followers, il parvient à rassembler la petite communauté de Strasbourg, mais pas seulement. “Je n’ai pas que des followers français et d’autres ne sont pas de la région. Le but c’est de représenter la scène strasbourgeoise nationalement et internationalement. Certains touristes repostent qui me demandent où j’ai pris telle photo mais c’est aussi le cas des locaux“, poursuit l’anonyme.

 

 

Pour plus de lisibilité, il traduit sous chaque post le tag en question. Une manière de mettre également le nom du taggueur en avant sur le compte. Tel un sanctuaire, sa page lui permet de laisser une trace de nombreux tags trouvés dans la ville. Leur durée de vie est en effet fluctuante : “Ça dépend où le tag a été posé, s’il y a une plainte ou pas, sinon, il peut rester des années“, précise-t-il.

Autant de facettes de Strasbourg à découvrir qui devraient vous donner des idées lors de prochaines balades en ville.

 





Source

Related posts

Coronavirus : sur le parvis de la cathédrale de Reims, les commerces sont au point mort

adrien

Déconfinement : le parc animalier des Grottes de Han rouvre le 21 mai après la naissance exceptionnelle de deux gloutons

adrien

Coronavirus : pas d’embellie pour le tourisme avant 2022 dans le Grand Est

adrien