Image default
Express Info

retour sur les moments forts de l’année en Champagne-Ardenne


Rythmée par le Covid-19, la vaccination et les manifestations d’antivax, l’année 2021 a tout de même laissé place aux bonnes nouvelles. Le festival des marionnettes a repris, le judoka Axel Clerget a remporté l’or aux JO, le musée du champagne a ouvert à Épernay… Rétrospective.

Du Covid-19, encore et toujours… Mais pas que ! Alors, oui si l’on regarde dans le rétroviseur, la crise sanitaire s’est une nouvelle fois invitée dans le quotidien des Français au cours de cette année 2021. Mais le virus ne saurait éclipser le reste de l’actualité et les bonnes nouvelles qui ont marqué la Champagne-Ardenne durant ces douze derniers mois. On rembobine.

Janvier : top départ de la vaccination

Il y a un an, la France se lance dans un long combat collectif contre le Covid-19. Son arme ? Le vaccin. Ce dernier devient la promesse d’en finir avec la pandémie qui sclérose le pays. Malgré un retard à l’allumage, au fil des jours, les piqûres seront de plus en plus nombreuses. Et pour faire face, des vaccinodromes voient le jour un peu partout.

D’abord des hôpitaux, des maisons de santé puis, des gymnases, des salles de spectacles, des écoles sont réaménagés pour accueillir des millions de Français venus s’y faire injecter leur première dose de Pfizer-BioNtech, Moderna ou d’AstraZeneca.

A Troyes, le cube, le parc des expositions de Troyes Champagne métropole, se transforme en centre de vaccination géant, le plus grand du département de l’Aube. En décembre de cette année, près de 2.000 doses quotidiennes y sont encore injectées pour le rappel Covid.

Pour vacciner le plus grand nombre, et n’oublier personne, les collectivités se retroussent les manches. Exemple dans la communauté urbaine du Grand Reims, qui lance le 19 janvier son vacci’bus, un bus itinérant affrété dans 46 communes de moins de 250 habitants.

Douze mois après les premières injections, les Français sont à nouveau sollicités pour effectuer leur dose de rappel. Le combat n’est pas fini.

Mars : un nouveau bassin olympique à Reims

Bonne nouvelle dans ce climat morose de début d’année. Vendredi 5 mars, dans la matinée, le thermomètre affiche 3 petits degrés. Pas un temps à enfiler son maillot, et pourtant, ce jour-là, des dizaines de baigneurs viennent inaugurer la piscine extérieure du tout nouveau complexe aqualudique, l’UCPA sport station, à Reims.

Ce bassin nordique extérieur mesure 50 mètres, propose 4 couloirs de nage et une eau à 27 degrés. Un équipement tant attendu, alors que la crise sanitaire a longtemps repoussé son ouverture.

Mai : la Champagne a son musée à Epernay

Il ouvre ses portes le 29 mai dans l’écrin magnifique du Château Perrier, un ancien hôtel particulier situé sur l’avenue Champagne à Epernay. Après 10 ans de travaux, le musée du vin de Champagne et d’Archéologie régionale offre un nouveau lieu de culture aux habitants de la région.

Au total, le musée compte 100.000 œuvres dont 2.500 exposées au public sur deux étages. Le premier est consacré au vin et à son histoire. Le deuxième est centré sur l’archéologie et l’histoire du peuple champenois. « Nous avons voulu replacer la Champagne dans son territoire et son histoire, explique le maire d’Epernay, Franck Leroy, lors de l’inauguration du lieu. Ce que nous voulions, c’est rappeler tout ce qu’il s’est passé avant : comment l’homme est apparu en Champagne, pourquoi la viticulture y est apparue en Champagne. »

Juin : Reims sous les eaux

Désastre sur la Cité des sacres. Ce vendredi 4 juin, le ciel se déchaîne sous les yeux des habitants médusés. Orage et pluies diluviennes s’abattent sur la ville en quelques heures seulement, causant de nombreux dégâts, sans faire de blessé. Ce sera le premier épisode d’une série d’importantes inondations plongeant Reims sous les eaux à trois reprises.

Les images sont sidérantes. Dans les rues, où le niveau d’eau grimpe parfois jusqu’à un mètre, les pneus des voitures disparaissent. Des habitants rejoignent leur maison trempés jusqu’aux cuisses. Plusieurs routes sont coupées à la circulation, de nombreuses caves et sous-sols sont inondés. Des magasins, comme Décathlon dans la zone commerciale de Cormontreuil, près de Reims, sont même dans l’obligation de fermer boutique, le temps d’assécher.

C’est l’Avenue Jean Jaurès, qui, une nouvelle fois, paiera le plus lourd tribut de ces inondations. Lundi 21 juin, après un troisième épisode d’inondations, Carine, une des riveraines de l’avenue, manifeste toute son exaspération au micro de France 3 : « On n’en peut plus, c’est la troisième fois, c’est la catastrophe, nous sommes dans un état de sidération totale. On pensait que la ville allait faire quelque chose. Il y a deux semaines, toutes les voitures de la rue ont été abîmées. Il y a deux jours, c’était pareil et là, rebelote ce soir. Ma voiture est déjà chez le garagiste. Je vais avoir peur de la garer dans la rue. »

En réaction, la mairie de Reims promet « de débuter d’importants travaux d’ici fin 2021, début 2022, aux abords de l’église Saint-André afin de remplacer les canalisations qui datent de la fin de la Première Guerre mondiale et qui ne sont plus en capacité d’absorber les fortes pluies ».

Juin : le Marnais Daniel Rondeau devient immortel

Jeudi 6 juin, l’écrivain Daniel Rondeau est élu à l’Académie Française, au premier tour de scrutin avec 18 voix face à Jean-Christian Petitfils (6 voix). L’homme de 71 ans, ancien journaliste à Libération et au Nouvel Observateur, réussit à intégrer l’institution du quai Conti, là où il avait échoué à plusieurs reprises entre 2011 et 2016.

Daniel Rondeau est né au Mesnil-sur-Oger dans la Marne en 1948. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, dont des livres d’histoire et des romans. De 2008 à 2011, il a également été ambassadeur de France à Malte, avant d’être nommé par Nicolas Sarkozy délégué permanent de la France auprès de l’Unesco.

Juin : au Lac du Der, un gigantesque parc aquatique

Le plus grand d’Europe se vante son créateur ! Le 12 juin, l’Aquader fait sensation est devient la grande nouveauté de l’année sur le Lac du Der (Marne). Repoussé d’un an à cause du Covid-19, ce parc aquatique géant de 4.500 m² flotte enfin. Après un été 2020 bien fade, enfants et adultes retrouvent enfin le plaisir de s’amuser ensemble. Cette nouvelle aire d’activités compte quelque 90 toboggans, trampolines et autres plongeoirs.

Juin : Jean Rottner rempile pour un second mandat

En cette fin du mois de juin, les Français n’ont visiblement pas la tête à la politique. C’est sur fond d’abstention record que se déroulent les élections départementales et régionales les dimanches 20 et 27 juin 2021.

Dans le Grand Est, le Républicain Jean Rottner profite de la prime au sortant et rempile pour un second mandat à la tête de la Région. Avec 40,30% au second tour, il s’impose aisément face au candidat du RN Laurent Jacobelli (26,3 %) et l’écologiste Éliane Romani (21,22 %).

« Le Grand Est tant décrié a bien une raison d’être, déclare le président réélu lors de son premier discours, réaffirmant l’identité de sa région. La volonté de faire une nouvelle structure administrative n’a pas de raison d’être. »

Juillet : manifestations antipass et antivax

La campagne de vaccination lancée depuis le début d’année et l’instauration du pass sanitaire au mois de juillet charrient avec eux une vague de contestations qui touche, entre autres, les villes de Reims, Charleville, Saint-Dizier, Châlons ou encore Troyes.

La première manifestation contre les restrictions de libertés individuelles a lieu le samedi 17 juillet. Ce jour-là, à Reims, ils sont près de 2.000 personnes à défiler au départ de l’hôtel de ville. Dans la foule, des slogans fleurissent  : « Non à la dictature sanitaire », « Stop au pass sanitaire » et « être libre de mes choix ».

L’obligation vaccinale des soignants est aussi au cœur des revendications et laisse craindre chez certains que cette contrainte s’étende à toute la population. Une crainte toujours d’actualité.

Été : le grand retour des festivals

Le Festival des marionnettes et le festival Face B (Cabaret Vert) à Charleville-Mézières, le festival de la photo animalière à Montier-en-Der ou encore la Foire de Châlons… Après des annulations en cascade à l’été 2020, le temps des festivals est (presque) revenu !

Le Festival mondial des théâtres de marionnettes fait son grand retour mi-septembre, dans les Ardennes, à l’occasion de son soixantième anniversaire. Image marquante de cette édition, la rencontre des visiteurs avec la « petite Amale » sur la place Ducale. Cette marionnette géante de plus de 3,5 mètres de long a fait le trajet depuis la frontière syrienne, pour mettre en lumière la problématique des migrants. Un spectacle émouvant.

Cet été, la préfecture des Ardennes renoue également avec la musique. Car, si le festival Cabaret Vert a dû changer de formule à cause de la pandémie, Face B, son alternative, offre 217 événements musicaux et culturels, entre le 19 août et le 26 septembre. Point d’orgue de ce rendez-vous, le concert de Benjamin Biolay sur le bord de la Meuse le 27 août.

De son côté, la Foire de Châlons retrouve ses visiteurs, pour le plus grand plaisir. Entre le 3 et le 13 septembre, près de 240 000 personnes sillonnent les allées de la deuxième plus grande foire agricole de France. « Ce qu’on a vu cette année, c’est la renaissance du volume d’achat et c’est inespéré, s’est réjouit Bruno Forget, commissaire de l’événement. On a aussi observé le bonheur des gens, ils nous ont dit merci. On n’y croyait pas trop à cette édition. Là, ça nous redonne un souffle, ça nous rebooste ».

Été : Clerget, Kouakou, Créange… Les médaillés olympiques

Aux Jeux Olympiques de Tokyo, ils font briller la Champagne-Ardenne. Parmi les 33 médailles décrochées par la France, il y a celle en or d’Axel Clerget en Judo, le bronze d’Endy Miyem en basket-ball, et le bronze du pongiste Lucas Créange en paralympique.

Commençons par Axel Clerget. A 34 ans, le Bragard remporte l’or de la finale par équipe mixte de judo. Le Haut-Marnais se défait du Japonais Shoichiro Mukai sur un Ippon, à l’issue d’un combat long et disputé. Un point précieux qui permet de construire la victoire de la France, 4 matches à 1, lors de cette finale.

Ensuite, il y a la belle histoire d’Endy Miyem. Sonnée après une défaite en demi-finale face aux basketteuses japonaises, la Rémoise et capitaine des Bleues remobilise ses coéquipières. Contre les Serbes, les tricolores montrent un tout autre visage pour décrocher le bronze. Après l’argent de Londres en 2012, Endy Miyem rafle sa deuxième médaille olympique.

Enfin, il y a la première médaille paralympique pour le pongiste Lucas Créange. Licencié à Reims et intégré au pôle France de tennis de table au Creps de Poitiers, ce dernier décroche le bronze après avoir été battu de justesse par le Hongrois Peter Palos aux portes de la finale.

Septembre : il voit 204 fois Kaamelot, le défi fou d’Arnaud Klein

Les cinémas fermés pendant le Covid lui avaient manqué ? Il s’est bien rattrapé. Arnaud Klein a visionné 204 fois le même film, en l’occurrence Kaamelot d’Alexandre Astier. Ce qui lui a valu d’entrer dans le Guiness Book des records, dans la catégorie « most cinema productions attended of the same film » (même film vu le plus grand nombre de fois au cinéma).

Du 20 juillet au 18 septembre, ce monteur et vidéaste indépendant a assisté à trois ou quatre séances du film par jour, pour battre le record précédent fixé à 191 visionnages. Arrivé au bout de cette folle aventure, le jeune homme de 34 ans s’est dit « fier » mais surtout « soulagé » d’en avoir fini.

Ce défi aura permis à Arnaud Klein de rencontrer à deux reprises le réalisateur de Kaamelot, très proche de ses fans, qui a regardé le film à ses côtés lors de sa 202ème séance. Et c’est bien la moindre des reconnaissances…





Source

Related posts

quand le tourisme local, contraint par le covid-19, devient une promesse

adrien

Déconfinement: Les Vosges, 100 kilomètres de nature autour d’Epinal

adrien

la Montagne des singes ouvrira ses portes le 19 mai

adrien