Image default
Express Info

pour les professionnels du tourisme, il ne faut pas faire d’amalgame avec les clusters dans le département

Notez cet article



Le scenario d’une saison touristique brisée par une réminiscence de la covid-19, personne ne veut y croire dans les Vosges en cette fin juillet. C’est pourtant une crainte depuis la découverte de clusters dans le département mais les professionnels s’organisent afin de rassurer les touristes.

Dans les Vosges, l’annonce ce week-end des 18 et 19 juillet 2020, de la découverte de clusters fait craindre le pire aux professionnels du tourisme. Leur crainte, c’est d’être associé à ces foyers identifiés dans le département. Des foyers épidémiques qui ne se situent pas dans les zones touristiques mais qui par association, risquent de freiner une saison bien partie. “On espère que ces deux clusters sont bien isolés” précise Frédéric Jacquot, hôtelier à Gérardmer, “mais de notre côté, on fait tout pour recevoir les gens dans les meilleures conditions sanitaires. On n’est pas anxieux mais on garde effectivement un œil sur tout ce qui se passe dans le secteur de la plaine en ce moment.” (NDLR : Remiremont et Mattaincourt)

Ces clusters existent mais… Ce sont des lieux ciblés, nullement touristiques

Hervé Pierrel, directeur de l’hôtel des Vallées (La Bresse)

Pas d’amalgame avec ces clusters, c’est le message martelé par les professionnels du tourisme… Bien décidés à faire des Vosges, une destination vacances post-confinement. “Ces clusters existent mais ce sont des foyers ou des Ehpad” insiste Hervé Pierrel, le directeur de l’hôtel des Vallées à La Bresse, “ce sont des lieux ciblés, nullement touristiques. Je pense que tous les acteurs du secteur touristique sont très en phase avec le protocole Covid. Ils sont très vigilants. On fait très attention.

Nous sommes dans un secteur où l’économie touristique est importante et elle a redémarré pleinement” explique Stessy Speissmann, le maire de Gérardmer, “les chiffres de ce début de saison sont mêmes supérieurs à l’an passé je n’ai pas de difficulté à parler de la situation. Il faut être transparent avec la population et avec les touristes. Par des gestes simples, on est en capacité de sécuriser tout le monde pour pouvoir poursuivre cette activité en toute sécurité.

Peut-être davantage que la météo, c’est désormais le Ro, le taux de reproduction du virus que les professionnels du tourisme risquent de surveiller de très près. Sa progression pourrait noircir le tableau d’un été aux débuts prometteurs.

A Gérardmer, masque recommandé dans les zones touristiques

A l’Office de tourisme de Gérardmer, les touristes se pressent pour obtenir conseils et renseignements afin de réussir leur séjour dans “la perle des vosges”. A l’intérieur de l’établissement, le port du masque est obligatoire. Mais une fois sortis, ces touristes comme les Géromois, devront peut être conserver leur masque dans des endroits ciblés.

Le port du masque en milieu clos en est une chose mais à Gérardmer, nous irons plus loin

Stessy Speissmann, maire de Gérardmer

La généralisation du port du masque en extérieur, c’est une des mesures fortes que souhaite appliquer la municipalité de Gérardmer. Pas partout, uniquement dans les zones à forte densité de population. Là, où les touristes ont tendance à se presser. “Il y a toujours ce virus qui circule” explique Stessy Speissmann, le maire de Gérardmer,  “il y a donc des mesures à prendre. Le port du masque en milieu clos en est une chose mais à Gérardmer, nous irons plus loin. Nous sommes dans un secteur touristique avec un fort brassage. Les gens qui séjournent ici viennent des pays frontaliers comme la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et l’Allemagne sans oublier le Grand Est et la région parisienne. Et il y a du monde ! De ce fait, nous irons plus loin avec obligation du port du masque sur le marché qui est en plein air. Par ailleurs, nous sensibiliserons dans un premier temps, sans le rendre obligatoire, le port du masque dans certaines zones comme le quai du lac en particulier et sur la zone piétonne. À partir du moment où la distanciation physique ne peut être supportée, il faut agir. Et si ce n’est pas respecté, nous irons plus loin avec des mesures plus coercitives.

Une campagne de communication est lancée par le biais d’affiches mais aussi d’agents municipaux qui font de la pédagogie. “Il faut que tout le monde soit au courant” poursuit Stessy Speissmann, “je n’ai pas d’inquiétudes sur les masques. Tout le monde en a et il y en a à disposition dans les commerces, les restaurants et les hôtels.

Dans les Vosges, l’économie du secteur touristique, c’est un chiffre d’affaires aux alentours de 300 millions d’euros. Cela représente plus de 5.000 emplois.

 



Source

Related posts

à Reims, les touristes étrangers reviennent mais timidement

adrien

Coronavirus : pas d’embellie pour le tourisme avant 2022 dans le Grand Est

adrien

Déconfinement – Charleville-Mézières : trois idées pour s’aérer dans un rayon de 100 km

adrien