Image default
Express Info

pour empêcher une marée humaine le président des fermes-auberges demande au préfet plus de répression

Notez cet article



Avec la levée de la limite des déplacements à 10 km, ce lundi 3 mai, l’association des fermes-auberges du Haut-Rhin craint de revivre les débordements de l’année dernière constatés sur le massif. Son président, Serge Sifferlen, demande au préfet d’envisager plus de répression en début de saison.

Le président de l’association des fermes-auberges du Haut-Rhin, Serge Sifferlen, a profité de sa rencontre avec le préfet Louis Augier pour évoquer les problèmes liés au déconfinement. Avec la levée de la règle de la limite des 10 kilomètres, ce lundi 3 mai, le massif vosgien va redevenir un lieu prisé par tous ceux qui veulent se ressourcer après un long hiver et son cortège de restrictions sanitaires. “Lors de ma  rencontre avec le préfet j’ai mis l’accent sur le déconfinement pour éviter la polémique comme quoi le massif est envahi en période estivale, il est normal que les gens profitent de ce moment pour s’aérer la tête et l’esprit“, précise Serge Sifferlen.

Contrer les incivilités

Pour éviter les débordements constatés l’année dernière, lors du premier déconfinement, le président de l’association veut prendre les devants: “Au printemps 2020, on a eu l’impression d’avoir été abandonné par les pouvoirs publics. Résultat, les gens se sont lâchés, notamment les motards sur leur façon de conduire. La montagne doit pouvoir accueillir tout le monde mais dans un certain respect“. Il a donc demandé au préfet de mettre la pression sur les visiteurs pour contrer les incivilités dès les premiers week-ends du mois de mai. “Il faut plus de répression dès le début de saison, notamment pour les excès de vitesse et renforcer la présence des forces de l’ordre.” Des incivilités qui restent le fait d’une minorité, selon Serge Sifferlen, “mais qui font subir aux autres leur manque de respect aux règles“.

Pour un libre accès à la montagne

Pour autant, Serge Sifferlen, n’est pas partisan du tout répressif et se dit opposé à la stigmatisation d’une certaine catégorie de visiteurs: “La route des crêtes, pour certains, devrait être plus réglementée, comme l’interdiction d’accès aux motards le week-end, nous, fermes-aubergistes, ne voulons pas arriver à ces solutions extrêmes“. Pouvoir accueillir tous les visiteurs sans plus de réglementation, dans le respect des règles de la montagne, voilà donc le défi auquel doit faire face le réseau des fermes-auberges. “L’économie de montagne est vital pour nous, il faut préserver son équilibre“, explique Serge Sifferlen qui dit ne pas vouloir décourager les visiteurs par de nouvelles interdictions. 

Réouverture le 19 mai

La saison se résume à une trentaine de jours cumulés dans l’année pour les fermes-aubergistes. Il est donc important de ne pas louper ce rendez-vous avec la clientèle. “Nous sommes des saisonniers“, souligne Serge Sifferlen. Les clients pourront de nouveau goûter au fameux menu marcaire des fermes-auberges mais seulement en terrasse, à partir du 19 mai.

 



Source

Related posts

face aux annulations en pagaille, les professionnels du tourisme alsaciens misent tout sur l’été

adrien

à l’approche des vacances, les réservations sont à la traîne

adrien

VIDÉO. Troyes, filmée par un drone en immersion, comme personne ne l’a jamais vue

adrien