Image default
Express Info

L’e-commerce à la rescousse – France 3 Grand Est

Notez cet article


L’idée avait germé l’hiver dernier. La suppression des marchés de Noël à cause de la crise sanitaire, a poussé quelques offices du tourisme alsaciens à mettre en oeuvre des plates-formes communes de vente. Ainsi, certains exposants, habitués du marché de Noël de Munster se sont regroupés sur une plate-forme numérique pour proposer leurs produits aux consommateurs. Vous pouviez commander et payer en ligne. Les produits étaient soit livrés soit envoyés par la poste.

Ce printemps, l’office de tourisme de la Vallée de Munster a décidé de récidiver avec un marché “Nu’Meuh’Rik” ouvert jusqu’à fin mai. Vous rêvez d’un munster fermier, d’un pot de miel de sapin des Vosges, d’un porte-clé du musée de la Schlitte? Vous cliquez, vous payez, c’est envoyé. 

La boutique en ligne propose aussi bien du munster, du miel que des bijoux / © Odile Barthélémy
La boutique en ligne propose aussi bien du munster, du miel que des bijoux / © Odile Barthélémy

Ce printemps, 12 artisans et producteurs ont donc décidé de renouveler l’expérience avec des fortunes diverses. A l’office de tourisme de Munster, Julia Singer, en charge des animations, explique: “il a fallu accompagner les commerçants, leur expliquer comment photographier les produits, comment marchait la plate-forme. Ce n’est pas simple pour des personnes qui n’ont jamais travaillé avec internet. Mais le point positif c’est qu’avec la première expérience de Noël, certains savent comment ça marche et ont même lancé leur propre site marchand”.

Ce n’est pas encore le cas du musée de la Schlitte de Muhlbach. Ce musée associatif, dédié aux métiers du bois, est géré par des bénévoles plutôt âgés et peu habitués aux outils numériques. S’ils n’ont pas réussi à écouler leurs souvenirs sur le net comme ces schlittes en modèle réduit, des tabliers brodés ou encore des livres, ils ont en revanche profité de la plate-forme pour faire de la publicité. Les premières visites, attendues pour la mi-mai, ont d’ailleurs été réservées via l’outil numérique de l’office de tourisme.

Mais même avec la sortie de la crise, les spécialistes de la vente à distance s’accordent à dire qu’elle est un des grands acquis des derniers mois et qu’elle deviendra incontournable. Sacha Goepp est le cofondateur du portail de vente en ligne Alsace.Shop. Son entreprise qui emploie une centaine de personnes, est basée à Obernai. Pour lui, la crise a fait gagner une dizaine d’année de maturité à la vente à distance. “Aujourd’hui, 30 à 40% des commerçants sont équipés, précise-t-il. Les sites marchands deviendront incontournables à l’avenir. Mais cela ne veut pas dire que les clients se détourneront des magasins physiques. On observe que les clients continuent à venir en magasin malgré leurs achats sur les plates-formes”. Sur Alsace.Shop sont ainsi référencés un producteur de légumes, un charcutier, des magasins de lingerie…”L’idée c’est de faire venir le consommateur sur notre site marchand. Admettons qu’il a besoin de chaussures, il verra qu’il peut aussi trouver des vêtements de sport. Il fait son panier, paie une seule fois. Chaque commerçant perçoit sa part et traite sa commande comme si elle avait été faite sur son site internet, un peu comme Amazon mais au niveau local!”, explique Sacha Goepp. Les commerçants paient un abonnement facturé aujourd’hui 120 euros. Ils sont accompagnés pas à pas par la plate-forme. Une manière de continuer à faire des affaires surtout quand les boutiques sont fermées.

 



Source

Related posts

Déconfinement : une reprise, tout en douceur, dans les musées de l’Eurométropole de Strasbourg

adrien

du foin et des jeux pour les animaux de l’Arche de Noé privés de visiteurs à Eteignières

adrien

Guide touristique cherche touristes désespérément

adrien