Image default
Express Info

La course aux fleurs – France 3 Grand Est



« Il faudrait épurer la décoration à cet endroit. » « Mettez plutôt les plantes hautes derrière, les basses devant ». Pas avares de conseils, les membres du comité départemental du label « Villes et villages fleuris » font leur tournée des candidats à l’obtention de la première fleur, comme la commune d’Hipsheim. Dans la région, une quinzaine de communes essaient de décrocher cette distinction, valorisant leurs efforts en termes d’aménagement paysager. 

Le concours a été créé il y a 62 ans, au lendemain de la guerre, pour apporter de la couleur au quotidien, « pour le moral de la population », d’après Marie Barbero Schmitt, animatrice fleurissement à l’agence Alsace Destination Tourisme (ADT). L’Alsace a été la première région à attribuer des labels, allant d’une à quatre fleurs. A ce jour, 350 communes détiennent un label dans les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. « Certaines personnes viennent exprès visiter des communes à quatre fleurs, c’est une image de marque », poursuit Marie Barbero.

Le géranium reste un classique

A côté des pétunias ou des graminées, le géranium reste un grand classique en Alsace. « C’est une plante que l’on trouve le long du Rhin, un bon répulsif anti-moustiques », explique Dominique Grunenwald, ancien horticulteur et membre du groupe conseil. Elle a en tout cas, survécu aux changements de tendances florales. Et puis, « elle ne nécessite pas beaucoup de soins ». La municipalité de Schoenau, candidate dans la catégorie « aménagement paysager », a privilégié les géraniums pour décorer la mairie.

Cela tombe bien, d’autant plus que le budget fleurissement des communes a diminué. L’idéal est de planter, à côté des fleurs annuelles, des plantes vivaces, comme les hortensias, qui perdurent. La bonne gestion de l’arrosage rentre d’ailleurs dans les critères d’évaluation du concours. Ainsi que le zéro phyto, la non utilisation de produits phytosanitaires pour désherber (les cimetières communaux par exemple).

Des croquis pour planter des fleurs

A Fegersheim, commune labellisée 3 fleurs depuis 2011, le fleurissement représente 20.000 euros par an. Les cinq employés du service des espaces verts tracent des croquis tous les ans pour déterminer l’emplacement des plantations. « C’est beaucoup de travail, parce que nous essayons de placer des plantes les plus diversifiées possibles et d’assortir les couleurs », raconte Pierre Schalck, employé communal. Il s’agit de conserver les 3 fleurs, qui participent « d’une vision globale », d’après le maire (SE) Thierry Schaal. Il espère ainsi inciter les habitants à fleurir eux-mêmes leurs maisons, et participer, pourquoi pas, au concours destiné aux particuliers.

A la mi-juillet, six jurys passeront dans les communes candidates du Nord au Sud de l’Alsace, durant une semaine, pour évaluer leurs aménagements paysagers, et ainsi attribuer, ou confirmer, un label fleurs. Le concours a encore de beaux jours devant lui, notamment dans la région, dont la notoriété en la matière n’est plus à faire.

 

 



Source

Related posts

des touristes découvrent les vendanges

adrien

les boutiques les plus attractives récompensées par un trophée du design

adrien

Meuse : réouverture partielle du lac de Madine et du lac vert

adrien