Image default
Express Info

“Installer une roulotte dans son jardin ne suffit pas”


Cabanes, roulottes, bulles, maison de hobbit… De plus en plus de professionnels se lancent dans l’hébergement insolite. Adeline Lenoir est là pour les épauler. Elle a monté la seule agence de conseil de France uniquement dédiée au tourisme insolite.

Aussi loin qu’elle se souvienne, Adeline Lenoir a toujours aimé la nature et les cabanes dans les bois. “Avec ma sœur jumelle, on adorait construire des cabanes dans la forêt, se souvient-elle. De vraies cabanes, dans lesquelles ont pouvais dormir !” Aujourd’hui, la Haut-Marnaise d’adoption ne construit plus de cabanes, mais elle accompagne ceux qui veulent en faire leur métier.

Le tourisme, en particulier l’hébergement insolite, n’était pourtant pas sa première vocation. “J’ai débuté ma carrière dans le social, explique-t-elle. Je suis partie travailler avec les enfants des rues en Turquie et au Maroc. Et c’est là-bas que j’ai pris conscience des problèmes que pouvait causer le tourisme de masse sur les populations locales : plus il y a de touristes, plus les enfants sont nombreux à faire la manche. J’ai alors décidé de me tourner vers le tourisme, mais avec un volet durable et responsable.

 

Les débuts du tourisme vert

A ce moment-là, nous sommes au début des années 2000 et le terme de tourisme vert ou insolite n’existe pas encore. Pourtant, Adeline Lenoir s’y intéresse déjà de très près : “J’ai commencé à tenir une liste des logements insolites qui voyaient le jour en France, à collectionner les contacts, à prendre des notes, raconte-t-elle. Puis avec mon mari, on est devenus nous-même gérants de cabanes et de huttes dans un camping à Senonches, en Eure-et-Loir.”

Même si terme d'"hébergement insolite" n'est apparu qu'en 2006, Adeline Lenoir s'y intéresse depuis longtemps.

Même si terme d'”hébergement insolite” n’est apparu qu’en 2006, Adeline Lenoir s’y intéresse depuis longtemps.

© Hôtes Insolites

 

C’est finalement en Haute-Marne, à Vivey, qu’Adeline Lenoir et sa famille s’installent pour de bon. “On voulait des forêts, de la verdure, des grands espaces. Quand on a su que le Parc National allait être créé ici, ça a été une évidence.”

 

Une agence unique en France

Une fois installée, la Bourguignonne d’origine devient conseillère commerce et tourisme à la CCI de Chaumont. Mais elle n’abandonne pas pour autant son amour des logements en pleine nature. Après avoir accompagné bénévolement plusieurs projets, elle décide de quitter son poste pour se lancer dans la formation et le consulting. “Beaucoup me disait que je ne trouverai pas de clientèle, que l’hébergement insolite était un marché de niche. Mais dès l’annonce de la première date, en janvier 2018, les stagiaires étaient au rendez-vous.” Hôtes Insolites, la toute première agence de conseil spécialisée dans l’hébergement atypique, était née.

On ne peut pas se dire « Tiens, je vais installer une roulotte dans mon jardin ». Il y a de nombreuses règlementations à connaître.

Adeline Lenoir

En moins de quatre ans, Adeline Lenoir forme près de 600 personnes. “La plupart du temps, ce sont des gens en reconversion professionnelle qui veulent se lancer dans les yourtes, les tipis, les cabanes perchées… Que ce soit en camping ou en maison d’hôtes, il y a énormément de choses à savoir quand on s’installe. On ne peut pas se dire ‘Tiens, je vais installer une roulotte dans mon jardin et la louer’. Mon rôle est de passer en revue toutes les règlementations concernant l’urbanisme, l’accessibilité, mais aussi les subventions possibles et la partie communication.”

Pour être bien formé, les visites de terrain sont indispensables. Ici, au Domaine du Moulin de Trimeule (Haute-Marne).

Pour être bien formé, les visites de terrain sont indispensables. Ici, au Domaine du Moulin de Trimeule (Haute-Marne).

© Hôtes Insolites

 

En plus de la partie conseil, Adeline Lenoir lance un label inédit, spécifique aux hébergements insolites. “Au départ, ce label était destiné aux personnes qui suivaient ma formation, explique-t-elle. Mais très vite, plusieurs personnes m’ont incitée à l’ouvrir à tous les hébergeurs. Ça permet de fédérer les professionnels de l’hébergement insolite, de leur donner de la visibilité. C’est aussi un gage de qualité pour le client.”

 

La Haute-Marne, idéale pour l’hébergement insolite

Mes stagiaires viennent de toute la France, et même de Belgique ou d’Angleterre, détaille la formatrice. Mais le fait d’être basée en Haute-Marne est un plus. C’est un département avec de grands espaces naturels, pas très loin des grandes villes comme Paris ou Lyon, idéal pour se couper du monde sans faire des centaines de kilomètres. En plus de ça, c’est en Haute-Marne qu’on recense le tout premier hébergement qualifié d’insolite. Il s’agit du Carré Rouge, à Villars-Montroyer. C’est un logement pour 6 personnes en plein milieu d’un champ, créé par une artiste en 1998.

A l'image de l'Arbre à Cabane de Guyonvelle, la Haute-Marne compte 52 sites d'hébergements insolites.

A l’image de l’Arbre à Cabane de Guyonvelle, la Haute-Marne compte 52 sites d’hébergements insolites.

© Charlotte Meunier

Pour Adeline Lenoir, l’hébergement insolite est un marché d’avenir. “Ces dernières années, encore plus avec la crise sanitaire, les Français modifient leur façon de voyager, remarque-t-elle. Ils partent moins loin, moins longtemps, mais plus fréquemment dans l’année. Les hébergements insolites sont idéals pour ça. Et puis les gens recherchent une forme d’expérience extraordinaire, pour eux-mêmes, mais aussi pour pouvoir la raconter aux autres, poster des photos… C’est une nouvelle forme très sociale du tourisme qui va se développer dans le futur.”



Source

Related posts

ces restaurants qui n’ouvriront pas le mercredi 19 mai

adrien

Municipales 2020 : un casino et un milliard d’investissement pour Laurent Hénart à Nancy

adrien

en Alsace, pas de réouverture des remontées mécaniques le 1er février

adrien