Image default
Express Info

il parcourt la région Grand Est en scooter électrique à la conquête de pâtisseries locales

Notez cet article



Ce mardi 21 juillet 2020, au matin, Jean-Baptiste Martinon est parti de Paris où il vit depuis 15 ans pour parcourir le Grand Est à la recherche de pâtisseries locales, le tout en scooter électrique. Un road trip gourmand qu’il compte bien renouveler partout en France.

Tout a commencé à Paris en mars 2019. Jean-Baptise Martinon sort d’école de commerce, son master de management en poche, mais n’envisage pas de travailler derrière un bureau comme la plupart de ses amis et anciens camarades. Passionné de running, et de pâtisserie, il se lance dans une première aventure : Baba au run, un service de livraison de pâtisserie par des runners à travers la capitale.
 

J’aime partir à l’aventure, découvrir de nouveaux lieux, rencontrer de nouvelles personnes !

Jean-Baptiste Martinon

“Je ne m’attendais pas à ce que les choses marchent aussi bien, aussi rapidement. J’ai très vite eu envie de développer un projet plus important. J’ai donc décidé de me lancer dans des voyages à travers la France, dans le but de goûter ou livrer des pâtisseries, le tout avec des moyens de locomotion propre comme le vélo ou le scooter électrique. Depuis mon plus jeune âge, j’aime partir à l’aventure, découvrir de nouveaux lieux, rencontrer de nouvelles personnes. Ça a commencé avec les scouts, puis j’ai continué avec mon frère Charles, et un ami,” confie le jeune homme de 25 ans.

Alors qu’il a 18 ans, il décide avec un ami de faire un tour de France après avoir passé son BAC. Leur défi étant de ne rien débourser durant cette période, ils misent sur la générosité des personnes qui les accueillent. “Nous avons fêté notre BAC chez une dame qui a sabré le champagne pour nous. Juste pour nous féliciter. Ce fut une première expérience que j’ai gardée en tête et qui m’a inspiré quand j’ai décidé de me lancer à la conquête des pâtisseries de France,” explique Jean-Baptiste.

C’est comme ça qu’est née l’idée du jeune parisien de partir avec un moyen de locomotion propre à la découverte des pâtisseries et autres gourmandises de l’hexagone. Son  dernier long voyage a eu lieu dans l’ouest  de la France en juin 2020, où il a parcouru plus de 1.300 kilomètres et découvert un nombre incalculable de desserts. “L’idée est de goûter une spécialité sucrée et d’en prendre une en plus pour les personnes qui accepteront de m’accueillir pour la nuit avant que je reparte ailleurs le lendemain matin,” précise-t-il. 

 

En général, le jeune homme est plutôt bien accueilli par les gens :” Je me souviens notamment de Véronique et Natacha, deux médecins nutritionnistes que j’ai rencontrées en Vendée et qui m’ont invité à prendre l’apéro puis dîner avec elle avant que je ne reparte. Nous avons discuté de plein de choses et notamment de leur métier que je trouve passionnant. C’est pour ce type de moments, que je me suis lancé dans cette aventure. Le lien humain se perd. À Paris, personne ne se dit « bonjour », j’ai envie de recréer ses liens avec les gens. De redonner de l’importance à des moments pourtant simples à vivre. Je n’ai jamais été à la rue jusque-là, donc ça marche plutôt bien !” 

 

Ce mardi 21 juillet 2020, le jeune homme s’est lancé dans une nouvelle aventure cette fois-ci dans le Grand Est, il passera par Reims, Metz, Nancy et Troyes avant de retourner à Paris. Le tout, en scooter électrique : “J’ai une autonomie de deux heures. Je pars donc le matin, je roule jusqu’à midi, puis j’essaye de trouver un lieu de recharge qui prend environ quatre heures avant de repartir pour deux nouvelles heures de route et de trouver un lieu où passer la nuit. Avant de recommencer le lendemain matin.”

Jean-Baptiste Martinon a choisi le Grand Est sans forcément de raison précise. Jeudi 21 Juillet il sera notamment reçu à la biscuiterie rémoise Fossier. Il s’arrêtera chez sa mère lors de son passage à Metz, avant de partir direction Troyes et de retourner chez lui. Pour le moment, le jeune homme ne sait pas quel sera son prochain “road trip pâtissier.” Il préfère se laisser porter par ses envies et programme rarement les choses à l’avance. Sa seule certitude est son envie de partager ses aventures sur les réseaux sociaux via des vidéos et beaucoup de photos.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source

Related posts

une campagne de pub inédite pour redorer le blason du Grand Est et attirer les touristes

adrien

Ouverture des frontières entre la France et la Belgique : “c’est de la folie, les Français n’arrêtent pas de venir”

adrien

5 destinations avec des hébergements insolites à découvrir autour du Grand Est, de la Belgique à la Champagne-Ardenne

adrien