Image default
Express Info

Ardennes : un grapheur engagé rend hommage à Rimbaud avec une fresque poétique

Notez cet article


Les 1.260 habitants du petit village de Saint-Laurent (Ardennes) près de Charleville-Mézières, ont un nouveau voisin depuis quelques jours. Une fresque géante affiche le célèbre visage de Rimbaud, le poète ardennais. Sur la façade d’un bâtiment communal dressé en plein centre du bourg, une œuvre poétique invite désormais les passants de la départementale 59 à rêver quelques instants.

 

Ce mardi matin 26 mai, un homme fait de grands gestes en rond, et balaye la vingtaine de mètres carrés d’un grand mur.
Une bombe de peinture à la main et un masque professionnel sur le visage, L8zon, (Louison), un artiste grapheur du pays, termine sa dernière œuvre.
 

Le surdoué de la poésie, Arthur Rimbaud, est souvent représenté sous les traits de cet adolescent rebelle au regard énigmatique / © Daniel Samulczyk / France Télévisions
Le surdoué de la poésie, Arthur Rimbaud, est souvent représenté sous les traits de cet adolescent rebelle au regard énigmatique / © Daniel Samulczyk / France Télévisions

L8zon, (Stéphane Leroy, de son vrai nom), ajoute une nouvelle performance à son palmarès d’artiste-peintre. A 49 ans, ce passionné de musique s’inspire de ses expériences et de ses rencontres aux quatre coins des Ardennes. Sa fille, Victorine, 18 ans, une autre graine d’artiste, a participé aux finitions minutieuses de ce projet.

“Je fais de la bombe ! “

” Je peins depuis toujours. J’avais sept ans quand j’ai commencé à griffouiller des bouts de papier ! “ me lance-t-il en fignolant un détail. Je n’ai pas forcément une étiquette de graphiste, ni de grapheur, ni de Street artiste. Je bombe en ce moment parce que j’aime bien le graphisme, j’adore le Street Art, depuis six ans, je graphe régulièrement”.

Avant je faisais plus du pastel, du crayon à mine, aujourd’hui, je fais de la bombe parce que ça me définit plus. Je peux faire des choses plus importantes. La bombe est plus adaptée pour faire des choses plus grandes comme des fresques!
L8zon, grapheur engagé, à Saint-Laurent dans les Ardennes
 

Quand on lui demande des détails sur sa technique, il ajoute. “J’aime mélanger la peinture et la musique, je trouve que le mariage des deux est extraordinaire. Je peins beaucoup la musique. J’utilise de la bombe et de l’acrylique, essentiellement en pochoirs que je dessine moi-même et que je découpe moi-même. Ça représente de longues heures de travail. La mise en peinture a pris une semaine. Les dimensions de cette fresque sont de 2,50 m sur 6,50 m de long.”
 

Quand l'Art s'offre à la rue et redonne vie à des lieux oubliés. Le vieux mur d'un local devient un endroit poétique. / © Daniel Samulczyk/France Télévisions
Quand l’Art s’offre à la rue et redonne vie à des lieux oubliés. Le vieux mur d’un local devient un endroit poétique. / © Daniel Samulczyk/France Télévisions

C’est sa première fresque à Saint-Laurent, son premier tableau géant grand public. L’artiste crée pourtant dans d’autres circonstances, loin des regards, quand il est avec ses élèves par exemple. “Je suis enseignant dans la vie professionnelle, dans un collège de Charleville-Mézières. Je fais découvrir les métiers de l’habitat à mes élèves. J’ai déjà fait beaucoup de fresques en intérieur, pour des particuliers, mais là, c’est ma première fresque officielle. Mon thème, ce n’est pas que Rimbaud. On me définit souvent, et ça me plaît bien, comme grapheur engagé. C’est mon étiquette et ma marque de fabrique. J’aime mettre des citations, des vers, des extraits de poèmes, dans mes créations. Je cherche la petite phrase qui percute.”
 

Du rock et de l’acrylique

“Il m’arrive régulièrement d’être invité dans des festivals pour faire des performances publiques. L’année dernière à Signy l’abbaye, au festival Ardennes Rock, on m’a invité à peindre en public. Monsieur le maire, Laurent Forget, (sans étiquette ndlr), m’a proposé de venir faire une peinture sur un mur du bâtiment communal de Saint-Laurent. J’ai accepté tout de suite avec plaisir.”
 

Stéphane Leroy, L8zon, et Laurent Forget, maire de Saint-Laurent, devant le nouveau local communal relooké / © Daniel Samulczyk / France Télévisions
Stéphane Leroy, L8zon, et Laurent Forget, maire de Saint-Laurent, devant le nouveau local communal relooké / © Daniel Samulczyk / France Télévisions

 

Les mots se mêlent à la peinture dans les fresques de L8zon. Un extrait du poème "Au Cabaret-vert" de Rimbaud. / © Daniel Samulczyk/France Télévisions
Les mots se mêlent à la peinture dans les fresques de L8zon. Un extrait du poème “Au Cabaret-vert” de Rimbaud. / © Daniel Samulczyk/France Télévisions

 

Arthur, sa mère

On savait qu’Arthur Rimbaud vivait à Charleville-Mézières, cette cité qu’il n’appréciait guère, lui, l’homme de la capitale. Mais on découvre aujourd’hui que sa mère, Vitalie, à vécu à Saint-Laurent en 1877. Stéphane lui rend hommage et signe sa présence en ces lieux au travers des yeux de son fils. Cette fresque le rappellera aux initiés et poètes de passages.

 Au départ, quand j’ai commencé à travailler sur la fresque Rimbaud, on m’a demandé pourquoi Rimbaud à Saint-Laurent ? Pourquoi pas à Charleville ? À Charleville-Mezières, il y a déjà beaucoup de fresques sur le poète. j’ai choisi volontairement le poème au “Cabaret Vert”, car avant d’être un nom de festival, c’est avant tout un poème de Rimbaud. Le festival de musique en a tiré son nom. Moi, je remets les choses en place avec ce poème.
L8zon, artiste-peintre dans les Ardennes

 

Quelques vers du poème "Au Cabaret-vert" de Rimbaud, en exposition pour de longues années dans le centre-ville de Saint-Laurent / © Daniel Samulczyk/France Télévisions
Quelques vers du poème “Au Cabaret-vert” de Rimbaud, en exposition pour de longues années dans le centre-ville de Saint-Laurent / © Daniel Samulczyk/France Télévisions

Arthur masqué

L8zon a beaucoup peint pendant le confinement sur la crise sanitaire, et le tout premier tableau qui est sorti de son imagination, c’est Rimbaud masqué. Il a eu un tel succès qu’une idée a suivi. ” J’ai profité de la notoriété du tableau, pour en faire bénéficier le personnel de santé ! raconte-t-il avec de l’enthousiasme dans le regard. Ce tableau-là, j’en ai tiré dix impressions. Au début, elles sont parties en une heure. Du coup, j’ai décidé d’en faire une vente ouverte, et là, j’ai déjà récolté 6.000 € pour le personnel soignant. Je l’arrête à la fin du mois. Actuellement, l’œuvre originale est exposée à la librairie Rimbaud, mais à la fin du mois, je fais les comptes, et je remettrai le chèque aux personnels soignants des centres hospitaliers des Ardennes.”
 

"Crise Sani'Terre", c'est la dernière oeuvre de L8zon, inspirée par le confinement et la pandémie de Coronavirus / © L8zon, artiste peintre
“Crise Sani’Terre”, c’est la dernière oeuvre de L8zon, inspirée par le confinement et la pandémie de Coronavirus / © L8zon, artiste peintre

L’impression est à 45 €, à commander sur le site Facebook ou l’Instagram de l’artiste. Une remise officielle à la librairie Plume et Bulle à Charleville-Mézières aura lieu le 6 juin.

Stéphane a d’autres projets : une autre série de Rimbaud masqués, destinée à une vente aux enchères. Elle aura lieu à Paris fin juin, au marteau, avec commissaire-priseur. Le profit de cette vente ira aux enfants qui ont été maltraités pendant la crise sanitaire, par l’intermédiaire de l’association “La voix de l’enfant”.

L8zon prépare également une nouvelle exposition, qui aura lieu au musée Verlaine, en septembre et octobre prochain avec de nouveaux tableaux. Le thème sera « l’hinumanité ».
 





Source

Related posts

Ouverture des frontières entre la France et la Belgique : “c’est de la folie, les Français n’arrêtent pas de venir”

adrien

dans le Parc naturel de la Montagne de Reims, un projet vinicole inquiète et scandalise

adrien

Coronavirus : sur le parvis de la cathédrale de Reims, les commerces sont au point mort

adrien